2009
L’accès libre et gratuit à cet espace alternatif de socialisation des savoirs est une contribution à la lutte contre la marchandisation du savoir et à l’expérimentation de formes moins académiques de mise en circulation et en coopération de la production intellectuelle ; en contrepartie, il est de la responsabilité du lecteur de citer la provenance de ces documents.
Les univers-cités des savoirs impliqués ont lieu au centre Lacordaire à Montpellier (6, rue des Augustins, à deux pas de la Place de la comédie).
Programme
De la promotion de la diversité à la dénégation des discriminations ethno-raciales dans l'entreprise ? Usages et réinterprétations sémantiques et pratiques de la notion de "diversité" par Milena Doytcheva
Loger les immigrés. La Sonacotra (1956-2006) par Marc Bernardot
De la promotion de la diversité à la dénégation des discriminations ethno-raciales dans l’entreprise ?
Usages et réinterprétations sémantiques et pratiques de la notion de « diversité »
Rencontre publique avec Milena Doytcheva, sociologue, le mardi 24 novembre.
La « charte de la diversité », impulsée par le patronat en 2004 et signée depuis par plus deux mille entreprises et un certain nombre de collectivités territoriales, est explicitement liée à la question des discriminations ethno-raciales et plus particulièrement à celle de la place des « minorités visibles » dans l’entreprise.
Quelques années après sa mise en oeuvre, la conception de la diversité qui la sous-tend s’est considérablement élargie pour inclure des préoccupations comme celles du handicap, de la « parité », de la gestion des « seniors », mais aussi de la « parentalité » ou de la « relation avec les écoles ».
À partir des résultats d’une enquête conduite en 2008 sur les politiques de “promotion de la diversité” en entreprise, la sociologue Milena Doytcheva montre comment ce mouvement d’élargissement sémantique et pratique du « champ de la diversité », conduit à contourner, dans un certain nombre de situations, la problématique du racisme et des discriminations raciales.
Les usages sélectifs et les réinterprétations de la notion de diversité mobilisés par les enterprises questionnent la manière dont ces développements prolongent aujourd’hui, dans le contexte de création du « label diversité », soutenu par les pouvoirs publics, et à l’intérieur même du cadre anti-discriminatoire, une situation française historique, marquée par « l’occultation » des rapports sociaux d’ethnicité et de « race ».
Présentation des intervenants
Milena Doytcheva est sociologue, maître de conférences à l’université de Lille III et chercheure au CeRIES (Centre de recherche « Individus, Epreuves Sociétés »). Ces travaux portent sur la prise en compte de l’ethnicité dans les politiques publiques en France et en Europe. Elle a récemment publié : « Réinterprétations et usages sélectifs de la diversité dans les politiques des entreprises, Raisons Politiques, n°35, août, 2009 ; Le Multiculturalisme (La Découverte, 2005, coll. « Repères »), Une discrimination positive à la française ? Ethnicité et territoire dans les politiques de la ville (La Découverte, 2007, coll. « Alternatives sociales »).
Voir la page personnelle de Milena Doytcheva sur le site du CeRIES
Enregistrements
Réalisation sonore : Stéphanie Raynaud, netephasi.raynaud@voila.fr
- Partie 1 (9 Mo)
- Partie 2 (7.9 Mo)
- Partie 3 (7.5 Mo)
- Partie 4 (8.7 Mo)
- Partie 5 (5.7 Mo)
- Partie 6 (7.6 Mo)
- Partie 7 (6.4 Mo)
- Partie 8 (8.5 Mo)
Pour citer l'enregistrement
DOYTCHEVA Milena, De la promotion de la diversité à la dénégation des discriminations ethno-raciales dans l’entreprise ? Usages et réinterprétations sémantiques et pratiques de la notion de « diversité », actes audio de Univers-cité des savoirs impliqués de l'ISCRA, Montpellier, le 24 novembre 2009, consulté le (date), http://www.iscra.org/page_1599.php
--------------------------------------------------------------------
Loger les immigrés. La Sonacotra (1956-2006)
Avec Marc Bernardot, sociologue
Rencontre publique le vendredi 13 mars organisée en collaboration avec l'association Habiter Enfin !
À partir des années 1950, la gestion résidentielle des populations issues du mouvement simultané de décolonisation et d'immigration, empruntent aux logiques d'interventions de l'Etat dans le domaine des politiques de logement à destination de la classe ouvrière, et particulièrement des populations laborieuses jeunes, masculines et nouvellement venues, depuis le milieu du XIXe siècle. Des logiques de contrôle social et d'aménagement du territoire, associées à une logique plus récente de solidarité nationale ont ainsi prévalu. En effet, pour loger « les indigènes algériens » présents en France, l'Etat crée, en 1956, une Société nationale de construction pour les travailleurs originaires d'Algérie (SONACOTRAL), organisme de logement social réunissant les services de l'Etat et des acteurs privés, dont l'objectif est de fournir des conditions résidentielles temporaires et au-dessous des normes de logement aux actifs seuls. Implantée nationalement, la SONACOTRAL, devenu SONACOTRA en 1963, a construit et géré des foyers pour célibataires immigrés des anciennes colonies, mais aussi des cités d'accueil, des centres d'urgence, et des HLM pour les familles, jusqu'à devenir l'un des premiers opérateurs du logement en France. Comment ces trois logiques se sont-elles combinées dans la définition des missions de cette entreprise de gestion des foyers ? En quoi, l'histoire des foyers pour travailleurs migrants s'inscrit-elle dans les histoires longues des rapports entre l'étranger et le citoyen, le célibataire et la famille, le logement collectif et individuel, l'habitat provisoire et l'habitat pérenne ? En quoi l'étude de ce marché immobilier spécifique éclaire -t-elle sur l'aménagement de la catégorie « immigrée » par les politiques du logement et du cadre de vie, en complément de l'approche par les politiques de l'emploi et des flux migratoires ?
Présentation de l'intervenant
Marc Bernardot est professeur de sociologie à l’université du Havre. Spécialiste de sociologie historique de l’Etat, des migrations et du racisme, il travaille actuellement sur les transformations postcoloniales de la souveraineté. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur ces problématiques dont Camps d’étrangers et de Loger les immigrés (Ed. du Croquant, 2008). Il est, enfin, membre du groupe de pilotage du réseau scientifique TERRA qui réunit des chercheurs dont les travaux portent sur les migrations forcées, l’exil, le droit et les politiques publiques de l’asile et plus généralement sur la place des étrangers dans la société (www.reseau-terra.eu).
Présentation complète de l'ouvrage
Pour commander l'ouvrage sur le site de l'éditeur
Enregistrements de la rencontre
Réalisation sonore : Stéphanie Raynaud, netephasi.raynaud@voila.fr

- Partie 1 (23 Mo)
- Partie 2 (22 Mo)
- Partie 3 (31 Mo)
- Partie 4 (16 Mo)
- Partie 5 (18 Mo)
- Partie 6 (19 Mo)
- Partie 7 (41 Mo)
- Partie 8 (15 Mo)
- Partie 9 (27 Mo)
- Partie 10 (21 Mo)
- Partie 11 (32 Mo)
- Partie 12 (22 Mo)
Pour citer l'enregistrement
BERNARDOT Marc, Loger les immigrés, actes audio de Univers-cité des savoirs impliqués de l'ISCRA, Montpellier, le 13 mars 2009, consulté le (date), http://www.iscra.org/page_1599.php
SGS ©2004